LO Bartoszyce


"A la recherche d’une légende régionale"

 

Nous sommes un groupe de 6 filles. Nous avons lu 7 légendes qui parlent de Bartoszyce et nous en avons choisi une. Maintenant, nous allons essayer de la raconter en français.

Qui sommes-nous ??

Salut ! Je m'appelle Ania et j'ai 17 ans. Je suis polonaise et j'habite à Bartoszyce. J'adore la musique et le cinéma. Je suis sympathique, folle et franche. J'aime me rencontrer avec mes amis. Je suis optimiste indécrottable. J'ai un chat qui s'appelle Tigre. J'aime le volleyball et le basketball. J'étudie au lycée. Je suis l'option biologie - chimie. J'aime lire des romans policiers et j'adore rire. Je suis curieuse du monde. Je voudrais visiter le monde entier. J'aime faire la connaissance de nouvelles personnes alors j'espère me faire de nouveaux amis.

ania_dawidczyk@wp.pl

Salut ! Je m'appelle Magda et je suis polonaise. Je vis dans le région de Warmie et Mazurie. J'habite dans une petite ville - Bartoszyce. Maintenant j'ai 17 ans. Je suis étudiante en première année au lycée. Je suis l'option biologie - chimie parce que je suis bonne en sciences. J'aime les animaux et j'ai une chienne. Elle s'appelle Dora et elle est très belle. J'aime faire du sport par exemple des courses à pied. J'adore aussi tout ce qui est lié à la culture.

Je souhaite faire beaucoup d'amitié durant la réalisation du projet Erasmus+.

kacza1452@gmail.com

Je m’appelle Monika et j’ai 17 ans. J’habite à Korsze en Pologne avec mes parents, ma soeur et mes trois chiens. J’aime beaucoup lire. J’écoute tous les genres de musique, mais Years & Years est mon groupe préféré.

J’adore les voyages et j’aime apprendre des langues étrangères. Je suis joyeuse et sincère.

monika.harasimowicz@wp.pl

Je m'appelle Agata. Je suis polonaise. J'habite à Bartoszyce. J'ai 17 ans.

Je suis étudiante et je vais au lycée. J'aime beaucoup lire des livres, danser et écouter de la musique. J'adore aussi rencontrer mes amis. Je connais deux langues : l’allemand et l’anglais. J'apprends le français. Je suis joyeuse, mince et petite.

agsia15holo@interia.pl

Je m'appelle Ewa. Je suis polonaise. J'ai 17 ans et j'habite à Wiatrowiec à côté de Bartoszyce. Je suis étudiante et je vais au lycée. Je parle polonais et anglais. J'apprends le français. J'adore les sports: l'athlétisme, le tennis et le ski. J'adore la musique surtout le rock et aller à des concerts. J'adore voyager. Je n'aime pas les sciences. Je suis courageuse et joyeuse.

krysztoszek.ewa@wp.pl

Je m'appelle Olga. J'ai dix-sept ans et je suis polonaise. J'habite à Korsze à côté de Bartoszyce. Je parle polonais, anglais et j'apprends le français au lycée Żeromski à Bartoszyce. J'aime les animaux et la musique surtout le rock. J'adore chanter et dessiner.

ola.branicka@interia.pl

Les chaussures de Kasia

« Les chaussures de Kasia »

 

Il était une fois une petite ville située au nord-est de la Pologne en Varmie qui s’appelait Bartoszyce.

 

Cette ville était entourée de forêts, de lacs, de rivières et ses habitants vivaient de la pêche, du commerce et de l’apiculture.

À cette époque-là, un homme sage, riche et respecté par tout le monde habitait à Bartoszyce. Il s’occupait du commerce, il faisait souvent des voyages d’affaires pour acheter et vendre des marchandises. Il n’avait pas de fils, mais il avait trois filles et ils vivaient tous heureux dans l’une des plus belles maisons de la région. Ses filles rivalisaient toujours avec la fille du maire qui se pavanait sans cesse. Le père adorait ses filles et, de chaque voyage, il leur rapportait des cadeaux.

Une fois, avant de partir, il a appelé sa fille aînée pour lui demander quel cadeau elle désirerait obtenir. Elle a répondu sans hésiter qu’elle avait tout ce dont elle avait besoin. Mais elle rêvait d’une bague plus belle que celle de la fille du maire. Le commerçant a promis de lui acheter un bijou exceptionnel et s’est mis en route. Le temps passait et il ne rentrait pas. Sa femme et ses filles s’inquiétaient de plus en plus.

Heureusement, il est enfin revenu, très content, avec beaucoup de marchandises et de cadeaux pour toute la famille. La fille aînée était la plus heureuse parce que sa bague avait une pierre merveilleuse qui éclipsait sans doute le bijou de la fille du maire.

 

La vie dans la ville se déroulait tranquillement et le marchand a commencé à penser à un autre voyage. Avant le départ, il a appelé sa deuxième fille. Il voulait bien sûr lui apporter une bague mais aussi un cadeau particulier dont elle rêvait. La fille était touchée de la bonté et de la générosité de son père.

Elle souhaitait recevoir une fourrure de castor plus belle que celle de la fille du maire qui prenait toujours des grands airs. Elle n’avait plus la plus belle bague mais elle possédait de magnifiques fourrures.

Les filles grandissaient et le marchand ne revenait pas. Tout le monde se souciait, surtout la deuxième fille qui se sentait coupable de la longue absence de son père. Elle éprouvait des remords.

Enfin la famille pouvait fêter le retour du marchand. La fille a obtenu sa fourrure avec un col et un capuchon de zibeline. Elle était très fière parce qu’elle possédait la meilleure fourrure de la ville.

 

Après le repos, le père s’est mis à préparer deux noces pour ses deux grandes filles qui ont trouvé des maris aussi riches qu’elles. Dans la ville, on s’est longtemps souvenu de ces deux grandes fêtes.

Au bout d’un certain temps le marchand s’est décidé à faire un autre voyage d’affaires.

 

Il a appelé sa fille la plus jeune pour savoir quel cadeau lui ferait plaisir. Kasia était très embarrassée et elle ne voulait pas poser de problèmes à son père ni avoir des remords comme sa sœur Anna.

 

Comme le père insistait, Kasia a avoué son vœu. Elle a regardé ses chaussures qui étaient un peu usées. Elle avait des pieds très petits et elle ne pouvait pas trouver de bonnes chaussures. A Bartoszyce, il y avait beaucoup de cordonniers mais seulement un jeune savait produire des chaussures originales. Kasia a commandé des souliers chez ce cordonnier et elle a pensé que ce serait aussi intéressant de recevoir des chaussures faites quelque part dans le monde et les comparer avec celles produites dans sa ville. Le père était surpris par l’ordinaire de son voeu. Il a embrassé sa famille et il est parti. La route était peu fréquentée, difficile et dangereuse. En plus, il y avait beaucoup de bandits cruels qui volaient des marchandises et tuaient sans scrupule. Heureusement le commerçant est bien arrivé au port de Braniewo. Il y a établi des relations d’affaires, il a vendu du blé et du lin et il a acheté beaucoup de produits intéressants. Comme il était un bon père, il a trouvé le meilleur fabricant de chaussures. Il voulait que cet artisan fasse des souliers qui auraient du style car Kasia, malgré ses petits pieds, était déjà une jeune fille. Le père a décidé de faire à sa petite fille une surprise car des souliers ordinaires ne pouvaient pas être son cadeau spécial. Il a présenté son projet au cordonnier qui a accepté de le réaliser vite mais à un prix spécial.

 

Le père était très content car il avait tout ce qu’il voulait, il a fait de bonnes transactions, il a acheté des souvenirs pour ses proches et surtout il avait une bague en or, une fourrure et des souliers noirs et ordinaires avec une surprise pour sa fille Kasia.

 

Pendant la route du retour il éprouvait de l’inquiétude car il a entendu parler des bandes qui se cachaient dans la forêt et pillaient. Pourtant, il a décidé de continuer le chemin car sa famille lui manquait de plus en plus. Il était très prudent mais un jour des voleurs l’ont attaqué et ont dérobé tous les biens - de l’argent et des cadeaux achetés pour la famille sauf les chaussures pour Kasia qui ne les ont pas intéressées. Heureusement le chef des brigands n’était pas cruel et personne n’a été blessé ni tué. Le marchand était très heureux car il savait bien que les chaussures pour Kasia n’étaient pas ordinaires. Il a caché dans les talons des pièces de monnaie en or et des pierres précieuses.

 

Il est enfin revenu à la maison. Il n’a pas apporté de cadeaux mais sa famille se réjouissait de son retour.

 

Kasia a reçu ses chaussures et elle les a comparées tout de suite à celles faites à Bartoszyce. Les deux paires étaient très belles et elle en était contente. Mais elle a constaté que les chaussures apportées par son père étaient un peu plus lourdes. Son père a commencé à rire et lui a révélé le secret. Quand la famille a vu le trésor caché dans les chaussures, elle était très fière de son esprit des affaires.

 

Les chaussures noires sont devenues célèbres dans toute la ville et tous les habitants en étaient fiers.

 

Le commerçant a beaucoup perdu durant ce dernier voyage mais il en est revenu vainqueur. L’argent n’est pas le plus grand trésor, ce qui est l’essentiel, c’est l’esprit des affaires. C’est ainsi qu’on fait fortune.

 

Les chaussures exposées dans son magasin attiraient des clients qui venaient les admirer.

 

La fille du maire se sentait complètement vaincue et elle aurait bien voulu avoir les mêmes chaussures que Kasia qui sont tout de suite devenues le symbole de l’élite de Bartoszyce. Kasia l’a conduite chez son cordonnier qui lui a fabriqué les chaussures pareilles. Kasia, pour aider son père, lui a donné le trésor caché dans les talons et l’a persuadé de commercer des produits fabriqués à Bartoszyce qui étaient d’excellente qualité et beaucoup moins chers. Le père était très heureux en sachant que sa fillette avait hérité de lui l’esprit des affaires. Grâce à l’idée de Kasia les artisans s’enrichissaient et respectaient de plus en plus son père.

 

Quelques années plus tard, il a été élu maire de Bartoszyce. Contrairement à l’usage, Kasia a épousé son meilleur fabricant local des chaussures. Elle ne voulait pas se marier à un commerçant car il y en avait déjà assez dans la famille.

 

Kasia était aimée par tous les habitants de la ville qui étaient persuadés que les chaussures offertes par son père portaient bonheur à tout le monde. C’est pourquoi, elle les mettait seulement pour les grandes fêtes familiales et municipales. Elles sont devenues un souvenir et une légende familiale. Le mari de Kasia faisait de plus en plus de belles chaussures pour les petits pieds de sa femme bien aimée.