LA LEGENDE DU PORTE-BONHEUR : LE « MARTZISOR »  

    IL ÉTAIT UNE FOIS UN JOUR QUAND  LE SOLEIL S'EST DÉCIDÉ A PRENDRE LA FORME D’UN HOMME POUR PARTICIPER À UNE RONDE DANS UN VILLAGE.

    À LA VUE DE LA BEAUTÉ ET DE LA DOUCEUR DU  SOLEIL, UN OGRE  L’A ATTRAPÉ ET L’A ENFERMÉ  LOIN DANS SON ROYAUME OBSCURE.

    UN JEUNE HOMME DU VILLAGE  A PRIS LA DÉCISION  DE  QUITTER  LE   VILLAGE POUR TROUVER LE SOLEIL ET LE LIBÉRER.

    IL  L’A  LONGTEMPS  CHERCHÉ  DURANT TROIS SAISONS  :  L’ÉTÉ, L’AUTOMNE ET L’HIVER.

    À LA FIN DE L’HIVER, LE JEUNE HOMME FINIT PAR TROUVER LE ROYAUME DE L’OGRE    ET IL SE BATTIT AVEC LUI.

     IL LIBÉRA  LE SOLEIL QUI MONTA  SUR LE CIEL ET RECOMMENÇA  À RÉCHAUFFER LA TERRE , CE QUI APPORTA  DE LA JOIE AUX HOMMES.

    MAIS LE JEUNE HOMME A ÉTÉ GRAVEMENT BLESSE PENDANT SA LUTTE AVEC L'OGRE ET SON SANG AVAIT COULÉ SUR LA NEIGE BLANCHE.

 

     ALORS ON DIT QUE LES GENS, TRÈS JOYEUX À CAUSE DU RETOUR DU  SOLEIL , ONT COMMENCÉ À TRESSER D’UN FIL BLANC ET D’UN FIL ROUGE UN PORTE-BONHEUR.  CECI  REPRÉSENTAIT LE SANG DU JEUNE HOMME ET ’ AMOUR DE LA BEAUTÉ DU PRINTEMPS QUI EST APPARU LORS DU RETOUR DU SOLEIL.          

 


TRADITION : Le marțișor, symbole du printemps

 

En Roumanie -comme en Bulgarie-, le retour du printemps est célébré le 1er mars avec un marțișor, un petit objet décoratif entouré de fils rouge et blanc, que l'on offre en cadeau à ses enfants, parents, amis ou collègues de travail. Né dans les campagnes, il a contaminé les villes où il est devenu un objet de mode.

Un fil rouge et un autre blanc, qui s'embrassent. Le premier représente la vitalité du printemps et le second est symbole de la pureté. Voilà le marțișorcomme il est apparu dans le monde paysan il y a plusieurs centaines d'années. Selon la tradition, on l'attachait aux arbres ou aux cornes des vaches pour se porter chance. Le 1er mars, des millions de Roumains offriront et recevront un marțișoret l'arboreront sur leur veste ou autour de leur poignet. Dans les villes, le simple fil rouge et blanc s'est transformé en objet de mode, voire en bijou. Il est décliné en feutre, cuir, matériaux recyclés, sous forme de broche, de bracelet ou d'objet décoratif. "La ville a récupéré une tradition rurale qu'elle a transformée de façon artistique. On continue à marquer le fait que vient le printemps même si nous sommes moins liés au rythme de la nature que ne l'étaient les paysans", explique Lila Passima, chercheuse au Musée du paysan roumain de Bucarest. Le marțișorest né il y a quelques centaines d'années, estiment les spécialistes même si certains soutiennent qu'il est issu de la culture des Daces, les ancêtres des Roumains. Vers les années 1900, il est adopté dans les villes.


Je m'appelle Francesca Apoltan. Je fais partie de l'équipe du projet du théâtre Kamishibai de l’école L Blaga, de Roumanie. On a réalisé qq dessins pour la légende du Martzisor. Les voila.


Je suis Francesca de l'équipe de Lucian Blaga, Ocna-Mures, Roumaine, et je vous attache qq photos de ma présentation Kamishibai.

Voir ci-dessous.